Vie pratique : bien choisir son éducateur canin

Lorsque je parle d’éducateur, je désigne l’ensemble des professionnels du monde canin dont le métier consiste à accompagner les familles pour l’accueil, l’éducation et la rééducation d’un chien. Cela désigne tout aussi bien les éducateurs que les comportementalistes, les cynologistes ou même les coachs canins. La qualité du service ne dépend pas du titre de la personne mais de la personne elle-même. Cet article a justement pour but de vous aider à trouver la bonne personne pour vous accompagner.

POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT ?

Le monde du chien rencontre aujourd’hui deux fléaux qui lui coûte cher : l’incompétence et la maltraitance.

L’incompétence n’est pas grave en soit. Elle est souvent due à un manque voire à une absence de formation ou d’expérience. Elle est malheureusement courante, puisque ce métier n’est pas encadré : n’importe qui peut s’autoproclamer éducateur canin. La seule certification obligatoire est l’ACACED, trois jours de formation principalement sur la législation de l’élevage et du transport d’animaux. On est d’accord, c’est complétement insuffisant.

Mais le cancer de l’éducation canine, c’est la maltraitance. On ne parle pas ici du chien qui vit sur le balcon ou dans une cave, ni de celui qui se prend des coups chez son propriétaire. Là on parle de « professionnels », qui déguisent la maltraitance derrière des croyances nuisibles et obsolètes. Car oui, certains « professionnels » utilisent la violence pour « éduquer » les chiens : pendu au bout d’un collier à pic, écrasé le dos contre le sol, des coups de pieds dans le ventre, et j’en passe. Malheureusement, la maltraitance est profondément liée à l’incompétence : ne pas connaitre les besoins et les fonctionnements du chien peut pousser à négliger sa sensibilité et ses modes d’apprentissages.

Si cet article est si important, c’est parce qu’il n’est pas si facile de repérer un bon professionnel. L’absence de cadre et de régulation permet à n’importe qui d’abuser du « positive washing », et une seule mauvaise expérience peut être traumatisante pour le chien. Alors pour faire votre choix, oubliez les belles images et les belles mentions sur le site internet et ouvrez vos chakras.

MENER SON ENQUÊTE

Voici quelques conseils pour mener votre petite enquête sur un professionnel :

Vérifiez ses formations : le professionnel doit être formé. L’ACACED est nécessaire (légalement) mais pas suffisant. Il doit faire preuve d’une formation initiale solide (complète et sur plusieurs mois) et de formation continue (actualisation des connaissances, séminaires, etc). N’hésitez pas à étendre votre enquête aux organismes qui l’ont formé, car certaines formations transmettent des connaissances dépassées et dangereuses. Il existe des certifications comme la MFEC (mouvement francophone des éducateurs de chiens de compagnie) qui récence les formations respectueuses de l’homme et du chien.

Vérifiez son entreprise : un éducateur canin est très souvent un autoentrepreneur. Vérifiez que son entreprise existe, c’est-à-dire qu’elle possède un numéro SIRET.

Visitez ses réseaux : s’il en écrit, lisez quelques-uns de ses articles, regardez ses vidéos, sa page Instagram. Pour être en adéquation avec une personne, il faut aussi l’être avec ce qu’elle partage.

Passez-lui un coup de fil : le premier contact est important, il vous permettra de savoir rapidement si vous êtes sur la même longueur d’onde. Pour cela, n’hésitez pas à discuter avec lui par téléphone avant même d’entamer les séances d’éducation.

Aucun de ces éléments n’est séparable des autres, c’est l’impression d’ensemble que dégage le professionnel qui doit vous sembler juste et positive. 

FIEZ VOUS À VOTRE INTUITION

Combien de témoignages ai-je lu ou entendu : « Ça me semble mal, mais c’est lui le professionnel… » ?

Même si vous n’y connaissais rien en éducation, si vous avez un doute sur les méthodes de votre éducateur, parlez-en. Parlez-en à lui, il aura peut-être une bonne explication. Parlez-en autour de vous, ici même s’il le faut. Et soyez-en sûr, il n’y a aucune bonne raison de faire mal ou peur à un chien. Si votre chien a mal, partez ; si votre chien a peur, partez.

Et c’est valable pour vous aussi ! Si l’éducateur est super avec les chiens mais désagréable avec vous, rien ne vous oblige à rester ! Un bon professionnel ne devrait jamais vous imposer une méthode que vous n’appréciez pas. Il doit être à l’écoute, patient, pédagogue, et ne doit jamais vous juger.

Votre impression est toujours légitime. Même si la personne est en fait un bon éducateur, si votre impression est négative, vous avez le droit de changer. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde ! Pour faire un travail efficace, l’équipe éducateur-famille doit être complice. Les séances avec votre éducateur doivent être un moment agréable pour votre chien comme pour vous !

Un commentaire sur « Vie pratique : bien choisir son éducateur canin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s